Revue protestante de culture
Un dessin protestant?
(...) Face aux lapideurs qui tentaient de le coincer pour qu’il soit forcé d’approuver la mise à mort d’une femme, Jésus «se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol» (Jean 8,6). Humilité, retrait, acuité du regard: le dessin juge les bourreaux ou les voit autrement, tellement autrement que tout penauds d’avoir voulu être plus que des êtres humains, de s’être faits dieux (donc faux dieux), ils renoncent pour cette fois-ci à être bourreaux.

 

Comme ce qu’a écrit Jésus sur le sol, le dessin est tourné vers l’autre, il n’est ni introspectif ni extraverti. Et le peu qu’il montre de soi-même ne passe que par le regard de l’autre s’il y a regard. Le regard de Saskia sur Rembrandt, qui vient de l’interrompre dans sa lecture de la Bible à la fenêtre, en dit plus sur Rembrandt que ses innombrables autoportraits où il joue plus un personnage qu’il ne dit de lui-même. 

 

Mais l’honnêteté voudrait pour commencer que l’on dise aussi tout ce qui oppose christianisme et dessin. Comme la place manquerait et l’intérêt, contentons-nous d’un trait marquant qui suffira à évaluer la distance. On constate tous les jours que la foi ne se transmet pas : un tel aurait dû l’avoir et c’est telle autre qui l’a eue, Dieu choisit le sournois Jacob et non le s...

 Lire la suite . . .
Hans Baldung Grien, dessiner face à la mort
Entre deux époques, deux mondes, deux religions, jamais là où on l’attend et peut-être encore ailleurs ... La position de Hans Baldung Grien (1484/85-1545) est volontairement isolée et elle apparaît comme telle dès le premier dessin connu que l’on ait conservé de lui, l’étonnant autoportrait en vert de 1501/1502, où un jeune homme de 16 ou 17 ans se regarde sans trop d’illusions (ni de doutes) sur lui-même comme sur la carrière qu’il commence. « Hypothèse séduisante, mais malheureusement non...
 Lire la suite . . . PDF
Rodolphe Töpffer, dessiner en écrivant
Il est aujourd’hui considéré comme le créateur de la bande dessinée, ce qui n’est pas rien, grâce à une série d’albums de « littérature en estampes » qui connurent aussitôt un vif succès international et continuent à être édités et appréciés pour leur fantaisie débridée et leur invention graphique. Rodolphe Töpffer (1799-1846) fut aussi un littérateur moins débridé mais peu convenu, un pédagogue de métier (professeur de lettres et directeur de pensionnat), un théoricien innovateur en matière...
 Lire la suite . . . PDF
Le rire dans la pratique ecclésiale
La théorie de la pratique étudie le christianisme vécu, dont l’activité ecclésiale représente une part importante quoique non exclusive. Or celle-ci se confronte aux tragédies de la vie, mais aussi à ce que nous pouvons appeler sa comédie, ce qui prête à rire. C’est pourquoi, dans le cadre du présent propos et à titre hypothétique, je vais d’abord évoquer les occasions de rire dans le cadre des activités ecclésiales. Je partirai simplement de ce phénomène du rire. Ce parcours à travers les di...
 Lire la suite . . . PDF

Nos derniers numéros

Au jour le jour

19 juin 2017  —  Le numéro 2017/2 sur 2017 : la France vue de côté est paru comme prévu juste au moment de l’élection prés...

Rubriques

L'Église au temps du confinement

Petite chronique mondiale de ce que le virus fait au christianisme

 Voir le détail . . .

Arts

Les peintures palimpsestes d'Hlécot au cloitre des Billettes, Fraternités à Angers.

 Voir le détail . . .

Cahiers

Dossiers

Luther : les 500 ans d'un coup d'éclat

Avant notre numéro d'octobre sur les lectures de Romains, un choix d'articles parus dans Foi&Vie sur celui qui a tout à coup obligé chacun à « prendre sa foi à son propre compte » (Alphonse Maillot).

 Voir le détail . . .
Les chemins de Paul

Lien essentiel entre le judaïsme et le christianisme, source de la Réforme et image de la conversion, l'apôtre des nations n'a jamais cessé de questionner et de passionner les théologiens, d'interroger nos pratiques ecclésiales. Florilège des dizaines d'articles consacrés par Foi&Vie au personnage et à ses écrits.

 Voir le détail . . .