La revue de culture protestante

Les cahiers bibliques

Le "programme" des Cahiers Bibliques, fixé ci-dessous par Franz Leenhardt dans le premier numéro de la série d'avant-guerre lancée avec Pierre Maury, garde toute sa pertinence et il a été maintenu depuis par les équipes de recherche qui les font vivre depuis plus de 50 ans au rythme d'une publication chaque année. Même si, comme le soulignait Jean Bosc en liminaire du premier numéro de la nouvelle série en 1963, "l'indigence" en matière de publications bibliques francophones s'est nettement résorbée depuis.

 

"Le désir est général aujourd'hui de donner à l'Eglise une connaissance plus complète et plus profonde de la Bible. Les philosophies se sont usées, les programmes ont échoué. On se dit de toute part qu'il faut reprendre par la base l'édifice de notre Foi et de notre Vie. Cependant, et non sans mélancolie, il faut également constater l'indigence du protestantisme de langue française en matière de publications bibliques. Quelques travaux savants méritent toute notre reconnaissance et quelques ouvrages de caractère nettement pratique ont rendu de grands services. Mais ni les uns ni les autres ne répondent au besoin précis ressenti de tous côtés: une étude absolument libre de l'enseignement biblique, dans la seule préoccupation cl' en exposer le contenu, d'en noter les richesses ou la variété, et d'en sonder les profondeurs ou les obscurités.

 

Le programme des Cahiers bibliques est donc nettement positif : chercher et donner une bonne explication de la Bible. Ils n'auront qu'un parti-pris, celui de s'en tenir à ce programme. Ils veulent répondre a l'attente de ceux qui se reconnaissent liés par l'Ecriture. Mais un tel parti-pris en exclut d'autres, il n'est pas superflu de le souligner. Nous croyons qu'il faut pratiquer l'étude de la Bible dans un esprit de véritable liberté. Aussi reconnaissons-nous la légitimité et la nécessité des méthodes empruntées aux sciences historiques. Les abus qu'on a pu en faire ne mettent en question que les hommes et non les principes. Et nous voyons même dans l'usage de ces méthodes un double devoir: d'abord parce que le christianisme repose sur un fait historique et que la Bible est le témoignage rendu à ce fait; ensuite parce que ces méthodes nous apprennent à ne pas nous substituer au témoignage des textes eux-mêmes.

 

Nous ne prétendons donc pas défendre dans les Cahiers Bibliques aucune autre doctrine que celles de la Bible, ni nous inféoder à aucun parti. Respectueux de toute la tradition exégétique et dogmatique de l'Eglise chrétienne, nous croyons que la seule autorité est celle de l'Ecriture Sainte, ce qui exige de nous l'indépendance vis-à-vis de toute autre autorité et l'examen de cette Ecriture, dans la liberté qu'assure l'Esprit-Saint. Nous acceptons tous les risques que comporte notre attitude, convaincus avec les Réformateurs qu'essayer de s'y soustraire aboutit à mettre la Bible en tulelle. Nous n'exclurons donc aucune opinion qui voudra être véritablement une explication de l'Écriture. Nous accueillerons la contradiction chaque fois qu'elle contribuera à éclairer ou à enrichir notre intelligence de la Bible."

(Franz J. Leenhardt, Éditorial, Les Cahiers Bibliques de Foi et Vie, 1)