La revue de culture protestante

Figures

Paul Doumergue, l'un des fondateurs de Foi&Vie et qui en fut si longtemps le directeur, écrivait en 1899 :

« Je pense ici à une course que je fis un jour dans les Cévennes. C'était un haut plateau, tout en ondulations insensibles, sans horizon, désert : de la vallée, en bas, montait le brouillard. Je marchai tout le jour : j'étais comme pris, enfermé dans les plis sans fin du sol, entre deux murailles de brouillard. J'étais perdu dans l'immensité : déjà le soleil descendait, la nuit approchait : j'étais dans une grande angoisse, faite du poids de la fatigue et de la solitude. Tout à coup, à quelques pas, un bruit de hâche. J'allai droit vers le bruit : il y avait là un bois, des bûcherons, — c'était le chemin.

Il me semble que les mouvements de tant d'âmes vers le christianisme se perdent comme je me perdis sur ce plateau : à tort ou à raison — quelquefois à tort, souvent à raison, — quand elles s'engagent sur certain sol de l'Église officielle, visible, qui s'étend entre elles et le Christ, il semble à ces âmes qu'elles traversent un espace désert, sans horizon, fait des petits plis et replis d'une piété plate, stérile : pas une cîme sur laquelle elles puissent se diriger, et des passions sombres montent des lieux les plus bas, passent comme de grands voiles de brouillards ... et elles se perdent, elles se découragent, elles s'épouvantent.

Où sera le coup de hâche du bûcheron, pour leur dire enfin qu'elles sont aux pays des forêts et des cîmes, et qu'il y a là des vivants, et qu'il y a là un chemin ?

Oh ! si pendant cette année, cette revue pouvait, sur les cîmes de la pensée et de la foi religieuses, frapper quelques-uns de ces coups de hâche hardis et forts qui coupent le bois mort et on le jette au feu et il brûle — qui coupent le bois vert, et les hommes en construisent leurs maisons contre les vents et la pluie. Oh ! si pour quelques âmes perdues dans le désert et dans le brouillard du doute, notre coup de hâche pouvait dire, crier le chemin ! »

Paul Doumergue et avec lui, après lui Pierre Maury, Charles Westphal, Jean Bosc, Jacques Ellul et tant d'autres ont été ces bûcherons qui ont tenté de mener les lecteurs et lectrices de Foi&Vie « aux pays des forêts et des cîmes ».

Paul Doumergue
Pierre Maury
Charles Westphal
Jean Bosc
Jacques Ellul