La revue de culture protestante
Israël aujourd’hui
Israël aujourd’hui

Ce Cahier d’études juives propose des regards actuels sur l’État d’Israël et sa société. Les Français, y compris les protestants, sont en effet actuellement peu informés sur les réalités israéliennes contemporaines, en dehors des événements ponctuels de crise dont se font l’écho, de manière privilégiée, les media, et qui sont, pour la plupart, liés au long conflit israélo-palestinien. Il nous a donc semblé utile de rassembler des contributions diverses par leurs thèmes, et qui multiplient les éclairages sur des dynamismes aussi bien que des dissensions, des éléments d’héritages aussi bien que des créations, bref, ce qui fait la vie d’une nation et d’une société qui est, en l’occurrence, à la fois comme les autres, et si particulière par son histoire.

 

Denis Charbit explique l’identité particulière, et qui résulte des conditions spécifiques de sa fondation il y a 60 ans, d’Israël comme « État juif et démocratique », statut bien éloigné des problématiques familières aux Français, qui sont habitués à dissocier plutôt qu’à associer les dimensions éventuellement conflictuelles de l’État moderne et de la religion.

 

Sur le même terrain identitaire complexe, mais élargi à d’autres dimensions mémorielles et sociales, Jean de Saint Blanquat nous introduit à l’œuvre romanesque d’Amos Oz. Non pas que la littérature ait une valeur directement documentaire ; sa légitimité est de traiter, sur le mode subjectif et critique qui lui est propre, des mêmes données humaines, en se situant à hauteur d’homme (et de femme).

 

Nadine Kuperty-Tsur (en collaboration avec Yaron Tsur) fait état des questions qui ont entraîné récemment la création de la « Commission Biton pour le renforcement de l’identité du judaïsme sépharade et oriental dans le système éducatif ». Cette contribution aborde les tensions inhérentes à la société israélienne en tant qu’elle est composée de deux groupes culturels fort différents par leur origine et leur culture, les ashkenazes (d’origine européenne) et les sépharades (d’origine orientale).

 

Vincent Lemire, auteur d’un ouvrage récent remarqué sur Jérusalem, nous livre un texte-méditation totalement subjectif sur Jérusalem comme ville des tombes.

 

S’agissant d’Israël et de la France, dont les rapports sont à la fois intimes et difficiles, nous avons demandé à Michel Taubmann de se plier à un interview. Il y aborde aussi bien ce qui concerne les Juifs français dans leurs rapports à la France et à Israël, les regards français non-juifs (peu tournés vers certaines dimensions actuelles de la mondialisation) sur Israël, que certaines réalités israéliennes, y compris israélo-palestiniennes envisagées du point de vue israélien.

 

Enfin, Eran Shuali présente les défis et les questions que pose l’entreprise d’une nouvelle traduction du Nouveau testament en hébreu moderne. Nous rejoignons ainsi les questions du dialogue judéo-chrétien, mais à partir du point de vue juif et de la langue hébraïque d’Israël.

 

Ce numéro ouvre donc des points de vue sur des aspects fort divers de la vie israélienne. Nous espérons qu’il donnera envie aux lecteurs d’en savoir davantage, de s’informer par eux-mêmes, voire d’entreprendre en Israël un voyage à la fois curieux, sympathique et ouvert à toutes les dimensions de la vie de là-bas, vie juive bien sûr, mais aussi arabe, chrétienne, et internationale.

 

(Liminaire de Jean-Marc Chouraqui et Olivier Millet)