La revue de culture protestante
Entre fidélité et mutations
Entre fidélité et mutations
Pour la présente livraison de Foi et Vie, encore sous sa forme classique, nous avons choisi de vous offrir, à vous amis lecteurs, une manière de feu d’artifice : un bouquet d’articles, signés pour la plupart d’entre eux par des membres du Comité de rédaction, sans autre fil rouge que la diversité des thématiques.

Ce numéro de Varia symbolise la transition dans la continuité qu’amorce d’ores et déjà Foi et Vie. Ouverte à la pluralité, au foisonnement même des positionnements et des regards, votre revue restera l’œuvre de la même équipe, et nous continuerons à y retrouver les mêmes plumes, enrichies de quelques nouvelles.

Tout d’abord, Pierre-Olivier Monteil nous posera la question : « Sous le prisme de Paul Ricœur, que nous est-il permis d’espérer en politique ? » Après avoir rappelé le statut éminent de la thématique du pouvoir politique dans l’œuvre ricœurienne, il précise que son propos était de penser le politique avec systématicité, contre le systématisme de la position de surplomb, grosse de tous les totalitarismes. (...)

Jean de Saint Blanquat nous propose ensuite de faire connaissance avec un pasteur atypique : Gábor Iványi. Il s’agit d’un pasteur méthodiste hongrois qui, après être entré en dissidence sous le régime communiste de János Kádár, est entré en résistance contre la politique populiste du président  Viktor Orbán. N’hésitant pas à pointer les analogies entre les deux systèmes, nationalistes et démagogiques l’un tout autant que l’autre, il prend la défense des Tziganes, des Juifs et des sans-abris. (...)

À travers la lecture de quelques ouvrages récemment parus, Michel Leplay se propose de décliner le motif de la « conversation » : qu'on le veuille ou non, nous sommes en dialogue permanent, par le truchement de l’écrit, avec nos aïeux et avec nos contemporains. Le dernier livre d’Élian Cuvillier et Jean-Daniel Causse, Traversée du christianisme, est une occasion d’illustrer à la fois la pratique de cette conversation entre deux chercheurs, et de s’inviter à leurs débats en prolongeant leurs questionnements. (...)

Olivier Millet, pour sa part, a choisi de nous présenter le prix Goncourt 2012 : Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari. Il en indique l’entremêlement des styles, qui oscillent entre réalisme prosaïque et puissance poétique, mais également certaines limites. Il le met en perspective, notamment au regard du titre et de la longue citation de saint Augustin sise en épigraphe, et dont le livre est un commentaire continu et moderne. (...)

En complément aux deux numéros de Foi et Vie de l’année dernière consacrés à Jacques Ellul à l’occasion
de son centenaire, Michel Rodes a interviewé Jacques Maury au sujet des relations entre le professeur bordelais et l’Église Réformée de France. Précieux témoignage recueilli de la bouche d’une des grandes figures du protestantisme de cette époque. On sait que les rapports entre Jacques Ellul et son Église n’ont jamais été simples, et qu’une sorte de « désillusion ecclésiale » aura fait suite, dans son propre cheminement, à sa « désillusion politique ». (...)

Sous le titre : « Faut-il revoir la traduction de l’oraison dominicale ? » (question rhétorique s’il en est), Jean-Marc Babut, bibliste de renom, qui a participé comme expert à plusieurs entreprises de traduction de la Bible, nous suggère, tout en reconnaissant l’infirmité de toute traduction, de questionner nos évidences liturgiques au sujet du Notre Père. Les formules en sont tellement patinées que nous n’en saisissons plus ni les apories ni les enjeux théologiques. L’auteur souligne les qualités de la version proposée par la TOB, mais également ses limites.

Voici donc le menu, composite, foisonnant, buissonnant, de cette nouvelle livraison de Foi et Vie : bonne lecture à vous, chers amis lecteurs ! Mais je souhaiterais encore, au moment de recevoir le passage de témoin des mains d’Annie Noblesse-Rocher, exprimer toute ma reconnaissance et celle du Comité de rédaction de Foi et Vie à celle qui a été sa directrice de publication depuis 2009.

(Extrait du Liminaire de Frédéric Rognon)